Les principes de l’effectuation

Mais l’effectuation, c’est quoi ? L’effectuation est un processus entrepreneurial mis en lumière dans les années 1990 par Saras Sarasvathy, professeur d’origine indienne à la Darden School of Business. C’est un processus d’observation qui explique comment la majorité des entrepreneurs experts agissent et développent leur entreprise. Les remises en cause des mythes vus précédemment émanent des grands principes de l’effectuation.

Ci-dessus, une conférence TEDx de Saras Sarasvathy sur les principes de l’action entrepreneuriale.

Deux approches du processus entrepreneurial peuvent ainsi être mises en évidence :

  • l’approche causale / délibérée
  • l’approche émergente / effectuale

Dans le 1er cas délibéré, l’entrepreneur cerne tous les contours de son activité avant de se lancer. Il établit un business plan, déroule une stratégie dans l’optique de savoir quel produit il va proposer et vendre. C’est la vision classique de l’entrepreneuriat. Le plan est précis, le produit est identifié et le marché est bien ciblé.

Cependant, selon Saras Sarasvathy, cette approche ne correspond pas à la majorité des entrepreneurs dits experts, qui adoptent bien souvent une autre approche plus simple et pragmatique. C’est l’effectuation entrepreneuriale. Dès lors, on remarque que l’entreprise démarre plus petit, que l’idée de départ n’est pas déterminante, que le temps de croissance et de développement est important, que l’entrepreneur fait d’abord avec les moyens à sa disposition… La démarche entrepreneuriale est ainsi plus modeste.

Saras Sarasvathy distingue alors quelques grands principes de l’effectuation, qui nous ont également été présentés dans le cours en ligne.

1. Un tien vaut mieux que deux tu l’auras

Dans l’approche effectuale, on remarque que les entrepreneurs démarrent avec ce qu’ils ont sous la main. On peut comparer ce principe à l’organisation d’un repas entre amis : “J’ouvre mon frigo, je liste les ingrédients à ma disposition et je détermine la recette en fonction de cette liste…”. Dans le cas de l’entrepreneur, les ressources se constituent au départ de lui-même, de ses compétences et de ses connaissances. Les objectifs sont donc définis par les ressources à disposition.

2. La perte acceptable

Alors que les entrepreneurs peuvent difficilement estimer le gain attendu d’un projet de création entreprise, ils peuvent facilement définir, au contraire, ce qu’ils sont prêts à perdre. Ce raisonnement en perte acceptable est très courant chez les entrepreneurs. Cela peut se concrétiser, par exemple, par le fait de limiter le temps à travailler sur un projet avant de décider de poursuivre ou non l’aventure et/ou par un montant maximum d’économies personnelles à investir.

3. Le patchwork fou

Le principe du patchwork fou introduit une dimension sociale à l’entrepreneuriat. L’idée, c’est que le projet se développe grâce à l’association d’acteurs, au fur et à mesure, comme un patchwork avec des morceaux de tissus. Ainsi l’engagement de parties prenantes comme des clients, des fournisseurs, des associés, des collaborateurs… apporte de nouvelles ressources et permet de faire progresser et évoluer l’idée de départ.

4. La limonade

Si on te donne un citron, fais-en de la limonade ! Il existe de nombreux exemples d’entreprises dont le succès est lié aux surprises, bonnes comme mauvaises. Dans une démarche effectuale, l’entrepreneur doit donc se préparer à accueillir les surprises et à saisir les opportunités qui se présentent à lui. Si cela est nécessaire, l’entrepreneur peut alors adapter sa vision et sa stratégie. Cela demande de la souplesse et de la flexibilité.

5. Le pilote dans l’avion

Le dernier principe résume bien la philosophie de l’effectuation. Tel un pilote dans son avion, l’entrepreneur n’est pas un passager passif. Ainsi, il essaye d’agir sur son environnement et parfois le transforme d’ailleurs d’une manière importante. Aucune tendance n’est inévitable ; c’est l’entrepreneur qui tient les commandes.

Dans la troisième et dernière partie de cette série d’articles, nous étudierons le processus entrepreneurial dans une démarche effectuale et les conclusions à tirer de cette approche.

Poster un commentaire